Français

Dr. Michel Boutsen, le 8.1.2017 :

 

 

 

Cher Madame, Cher Monsieur,s,

 

 

 

 

Tout d'abord mes meilleurs voeux pour la Nouvelle Année!

A cette occasion je voudrais vous faire part de mes inquiétudes en ce qui concerne la survie des forêts tropicales.

 

Je présume que notre sensibilité d’amateur d’art et des belles choses nous rend plus que toute autre personne réceptif pour ce thème.

 

C’est en Amérique du Sud que la dernière grande forêt se trouve menacée d’extinction.

 

Là aussi, en Amazonie, la température moyenne est en augmentation. Ceci va de paire avec une baisse graduelle de l'humidité relative dans la foret. Etudes satellitales par la NASA démontrent qu’il y a déjà eu un certain nombre d'années durant lesquelles la forêt amazonienne a eu des crises pendant lesquelles elle a cessé de croître, avec perte nette de carbone. Une augmentation de 2 ° C causera probablement la perte de la jungle d’Amazonie.

 

Dans notre monde globalisé où des corporations n’évaluent les forêts qu’en tant que capitale à exploiter, leur appât du gain conduit tout droit à leur anéantissement. La technologie utilisée a un pouvoir destructeur hors de proportions. Il y au nord de la Colombie une entreprise qui exploite à elle seule un bloc de 44.500 hectares de forêt vierge. Exploiter signifie anéantir. Des autorités corrompues et leurs dirigeants donnent les permis. Pour autant que permis soit nécessaire. Et le contrôle des lois est déficient.

 

Comme intermède les trous dans la forêt provoqués par le déboisement et les feux.

Mes pérégrinations m’ont conduit en Colombie, dans un endroit qui s’appelle d’un nom enchanteur La Macarena. J’ai donné à une ferme-là le nom de « Jardin Botanique de La Macarena»avec l’idée que chaque bois est un jardin botanique. Vous ne devez rieny planter, tout y est ! Il est d’ailleurs impossible de construire cette biodiversité. L’activité comme jardin botanique de La Macarena a eu comme conséquence qu’avec l’asbl VIVOS nous donnons des programmes de conscientisation des dangers environnementauxqu’impliquent l'exploration pétrolière.Il y a de l'aide: des alliés tels que l'Internet avec Skype et divers médias sociaux tels queWhatsappoffrent maintenant la possibilité de se connecter rapidement et à longue distance pour l’échange d’informations. Sans cette communication nous ne serions jamais été en mesure de prouver que les autorités dites environnementales qui avaient donné l’autorisation pour l’exploitation de 150 puits de pétrole à l'intérieur et à côté des parcs nationaux du secteur, avait été fournie sur la base d'un avis corrompu. La permission pour l’exploitation de pétrole a été retirée par le président Santos lui-même et le ministre de l'Environnement et le directeur en charge de sa politique, a dû démissionner. Du jamais-vu. La démocratie existe.

La région de La Macarena est vaste, 11 229 km2 et 32.000 habitants. Elle contient tous les minéraux possibles et imaginables et du pétrole en quantité. CañoCristales se trouve dans sa zone d’influence. Mais on y encontre autant une des sources du fleuve Apaporis, mythique bras de l’Amazonie, à savoir que ce bras fluvial est menacé par l'exploitation pétrolière et l’élevage de bétail.

 

Le « Jardin botanique de La Macarena » souhaite donc mettre en valeur la biodiversité de ce territoire largement inconnu. Ainsi, une étude scientifique botanique du « JardínBotánico de La Macarena » a été entamée à la fin de l'année dernière. L'inventaire préliminaire rend compte de 638 espèces botaniques différentes au cours d'une étude de sept jours sur moins de 400 hectares. Plus de 1300 arbres ont été pourvues de plaques d'identification. Cette connaissance permettra mettre en valeur la biodiversité et la fragilité de cette région pour ainsi la défendre mieux.Nous, dendrologues, savons l’importance de conserver les forêts.

Cependant, ceci serait impossible sans l’appui de la population locale, dans ce cas-ci principalement des agriculteurs

Paysans avec une culture différente, celle de pionnier, de colon. Enseignement et conscientisation devra combler leur manque de compréhension de notre monde globalisé et de l’interdépendance qui existe. Les colons-là abattent sans réfléchir 1 (un !) hectare de forêt vierge pour la tenue de 1 (une!) vache. En s’imaginant que c’est rentable.

 

Ils ne valorisent pas leur environnement. Pourquoi? C’est une donne culturelle, ils ont grandi ainsi... ils sont persuadés qu’il y a des forêts sans limites et continuent leur abattage incessant. Plus de 0.5 hectares par minute en Colombie et ceci depuis plus de vingt ans qu’il existe des chiffres.

Cependant, une fois de plus, la nouvelle technologie de l'information elle aussi devra nous aider à changer cette culture. L'éducation, l’enseignement, la diffusion des connaissances est fondamentale. Un nouveau concept se pose également: l'agro-écologie. Le bétail est une des raisons majeures de la déforestation. Il est certainement possible de pratiquer un élevage moins nocif pour l’environnement. Ceci aussi nécessite enseignement…

 

Dans la lutte contre l’exploitation pétrolière dans la région de la Macarena, nous avons aussi louée une boutique dans le centre du village. Des volontaires montrent des vidéos et fournissent ainsi l’informationgratuite nécessaire pour les passants, habitants ou touristes fortuits... et même à l'ambassadeur du Canada.

 

Nous avons déjà parcouru une première partie de chemin ... mais la route est longue .... un permis d’exploitation pétrolier a déjà été retiré, c’est une première en Colombie. Comme le premier pas de l’homme sur la lune. Jusque-là, aucune autorisation n’avait jamais été révoquée. Le changement est possible. Démocratie existe.

 

Tout ceci est un manière de vivre, en faveur de la vie que représente la forêt vierge qui fait partie de notre Mère-Terre, notre maison, et il n'y a pas d'autre !

 

 

Pour laquelle Madre-Tierra nous devrions être reconnaissants et respectueux plus que jamais auparavant.

 

Les intéressés peuvent rendre visite au projet en Colombie, et ceci aussi pour l’élaboration d’études scientifiques sur place.

 

Un soutien financier pour l’Alsbl VIVOS est bienvenu !

 

Faites les bonnes choses maintenant et pas plus tard!

 

 

Merci d’avance pour votre attention et appui.

 

Dr. Michel Boutsen

 

michel@boutsen.onmicrosoft.com

Vivos VZW

BIC KREDBEBB

IBAN BE17 7380 4200 0921 EUR

 

Ne permettez pas que se perdent ses créatures merveilleuses !

La Macarena, Meta, Colombie

Elle s’apelle Sophie. Ses grand-parents sont présents sur cette photo d’il y a 40 ans avec des poissons de la rivière. Ceci n’est encore qu’un souvenir lointain…

 

Peintures rupestres :

La Macarena, Meta, Colombia

 

Jardín Botánico de La Macarena, Meta, Colombia

 

Veuillez aussi prêter attention au filme de Leonardo Di Caprio‘Before The Flood’, 1 uur 35’, diffusé gratuitement.

En vous remerciant pour votre attention!

Michel Boutsen

 

jardinbotanico@vivos4life.org